28 mai 2014

Un éphémère retour

Il sort en baillant de son étroite demeure, il lace ses sandales et tente  de lisser le lin de son vêtement  froissé par sa longue station dans la couche de pierre. Sorti de son interminable sommeil, il retrouve le jardin familier où s’alignent les demeures de marbre que les pins parasols couvrent de leur ombre mauve.  Soudain une lointaine clameur coiffe les trilles des merles et les stridulations des cigales.  Le voilà d’une arène gigantesque de fer et de béton. La clameur s’éclate en beuglements, chants... [Lire la suite]
Posté par jenny35 à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2014

Gorgone

La journée avait commencé comme toutes les journées. Arnaud prenait le petit déjeuner, deux Cracottes et un café. Comme tous les matins, sa femme s’éternisait dans la salle de bains. Arnaud n’était pas du genre compliqué, aussi lorsqu’ils s’étaient mis en ménage et qu’elle lui avait formellement interdit de la déranger lors de sa toilette matinale, il avait obtempéré sans même poser de question. Avec sa femme, Arnaud avait arrêté de poser des questions. C’était bien comme ça. En buvant son café, donc, Arnaud tapotait distraitement sur... [Lire la suite]
Posté par maroba à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2014

Prendre l'air (Nouvelle du concours Prisonnier - Maison de la Francité 2014)

Prendre l’air   Elle va prendre l’air. Elle va prendre le large. Elle va sortir de ce deux-pièces exigu aux lambris jaunis, aux murs dont les lambeaux s’attachent encore au plâtras éventré. Décoller l’odeur de graisse et de fumée de ses vêtements. Eteindre la télé, éteindre les bruits de machine, de claquements de portes, d’éclats de voix. Elle va enfiler son manteau, encore tout neuf tellement elle sort peu. Tellement peu de raison de sortir. Pour quoi faire ? T’es pas bien ici ? l’entend-elle lui dire. Bien sûr,... [Lire la suite]
Posté par maroba à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2014

Accord de tel (!)

Accord de tel Il faut d'abord savoir que l'adjectif tel s'accorde toujours en genre et en nombre. ACCORD DE TEL DANS TEL QUE SUIVI D'UN NOM • TEL s'accorde avec le nom qui précède.         - J'ai acheté plusieurs outils tels qu’une pelle, une fourche et une hache. - On ne sait pas encore vraiment vaincre des maladies telles que le cancer. ACCORD DE TEL NON SUIVI DE QUE • TEL s'accorde avec le nom qui suit. - Je vais vous rencontrer à telle heure. - Les... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 16:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 mai 2014

366 obsolètes à prise rapide

 366 obsolètes à prise rapide Instructions Voir Les 366 réels à prise rapide)   Janvier 1. janvier : aujourd'hui aquilon (Le vent du nord). Poétiquement tout vent violent et froid) 2. janvier : aujourd'hui fafelu (Dodu) 3. janvier : aujourd'hui tendron (Jeune fille) 4. janvier : aujourd'hui brelauder (Perdre son temps à des choses futiles) 5. janvier : aujourd'hui privance (Familiarité particulière) 6. janvier : aujourd'hui débine (État misérable. Se dit surtout d’une personne qui fait mal ses affaires)... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2014

366 réels à prise rapide

 366 réels à prise rapide Les 366 réels à prise rapide sont des exercices de style tels qu'en propose le recueil éponyme de Raymond Queneau. En vous inspirant des règles qui suivent, vous écrirez chaque jour ou de temps en temps, de courts textes.  Écrivez sur le vif. Comme si vous utilisiez un carnet de croquis, écrivez dès que l'idée de votre texte germe dans votre esprit, particulièrement si vous venez d'assister à la situation que vous souhaitez évoquer. Munissez-vous d'un carnet ou d'un petit agenda, et des... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 16:37 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
02 mai 2014

Un meilleur ami

 Tous les soirs, nous nous promenons par le sentier qui longe la falaise. Un chemin peu fréquenté, serpentant parmi les bruyères et les ajoncs. Il va s’étrécissant, en pente douce d’abord, puis dévale en une sente abrupte vers la crique. Nous nous arrêtons là, Jacques et moi. Aller plus loin serait trop difficile pour les septuagénaires que nous sommes. Jacques devant, moi derrière, nous admirons selon le temps et les saisons le coucher de soleil ou les vagues qui tempêtent à nos pieds. Puis nous rentrons. Jacques parle... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 15:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 mai 2014

La fille du fossoyeur - Françoise

« Allo ! Maman ... Ecoute-moi ; sois un peu raisonnable. L’an dernier, c’était la véranda... Il te fallait absolument agrandir  la véranda... – ... – Oui ! Je sais... pour tes futurs petits-enfants dont je te signale, entre parenthèses, que je n’ai pas encore rencontré la mère... – ... – D’accord ! C’est à cause de mes chevaux ! Avant la véranda, c’était la piscine où tu trempes l’orteil combien de fois par an ? Il a aussi fallu moderniser une cuisine où tu ne cuisines guère. Et que... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]