28 janvier 2014

Les couches de maquillage - Nouvelle de Marie-Astrid

Bonjour à toutes... Ci-dessous, je vous livre ma nouvelle qui a été sélectionnée pr le tour final du concours Parades. J'aimerais bien avoir votre avis, tant sur le fond que sur la forme. Merci d'acance ! A bientôt ! Marie-Astrid   Les couches de maquillage Le trait est net. Adeline a la maitrise du geste. Le Kohl s’insinue malgré tout dans les ridules qui bordent sa paupière. Elle bloque sa respiration, suspend sa vie un instant pour illuminer le regard : main en équilibre, bouche ouverte pour tendre tout ce qui peut... [Lire la suite]
Posté par maroba à 10:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 janvier 2014

Françoise - 4 personnages

Quatre personnages « figurants"  Il est arrivé, descendant l’allée : il a la même démarche pompeuse que les pigeons, le même jabot avantageux. Impressionnés, les oiseaux se sont écartés. Il a benoîtement salué les mères à poussette, prudemment contourné les bambins chancelants avant de s’arrêter devant le banc aux pensionnés.  Courbé en deux, il a tonitrué quelques amabilités dans les vieilles mains enroulées en conque autour des oreilles. Puis le chahut des gamin a attiré son attention : « Et... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2014

Françoise -- Un lieu- quatre moments

Un lieu- quatre moments  Le platane séculaire est immense.  Son feuillage filtre les rayons du soleil, ombrage le banc où somnolent quelques vieux messieurs.  Plus loin, la lumière peut enfin éclabousser la pièce d’eau, l’allée où les mères à poussette surveillent une progéniture de bambins chancelants.  Sur la margelle de pierre, deux gamins se chamaillent.  Deux gros pigeons se rengorgent à prudente distance.    Le feuillage se détache, plus sombre, sur le ciel étoilé. En dessous, tout à... [Lire la suite]
Posté par ecrivages à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2014

Suzanne - Personnages

Elle gravit l’escalier de pierre, elle chante, très faux, un transat sous le bras .  « Le ciel bleu sur nous peut s'écrouler.. et la terre la la lalala..» Installation du siège tête à l'ombre sous le parasol rouge. La la la... Elle remonte sa robe jusqu'à mi-cuisses, étale une bonne dose de crème sur la peau de ses bras nus et de ses jambes fraîchement épilées. Ses jambes... elle en est fière ma foi...! Des jambes de danseuse, minces, longues, musclées, parfaites. Il est prévu que seule cette partie du corps... [Lire la suite]
Posté par nounysuzon à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2014

Personnages - Marie-Astrid

On la reconnaissait toujours à sa façon de frapper avant d’entrer : trois petits coups brefs, puis deux plus espacés. Ainsi, on ne pouvait pas se tromper. Nathalie, l’aide-soignante, son profond décolleté, son large sourire qui illuminait sa peau noire et brillante. Elle apportait le plateau repas et, d’un coup, grâce à son accent antillais, le porc – petits pois - purée devenait un plat exotique. Lorsqu’elle quittait la chambre, elle laissait toujours derrière elle un peu de ce soleil qui l’entourait en permanence.   ... [Lire la suite]
Posté par maroba à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2014

L'hôpital - Marie-Astrid

La pièce n’est pas bien grande, au fond, mais que gagnerait-on à l’élargir ? Quatre mètres sur quatre à vue de nez. Je n’ai pas mesuré. Devant moi, un mur nu qu’habille dérisoirement un écran de télé noir, suspendu. Contraste absolu. Au fond à droite, une porte dont le grincement suffit à annoncer l’arrivée de quelqu’un. Ici on entre sans frapper. On la pousse du pied la plupart du temps. Une plaque métallique a été vissée tout en bas. Sur le même mur, plus près de moi, l’autre porte est toujours ouverte. Celle de la salle de... [Lire la suite]
Posté par maroba à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2014

5 personnages - Isabelle R

Ce soir-là, le bus avait cinq minutes de retard, à cause des travaux au nouveau rond-point à l’entrée de la ville, mais cela n’avait pas d’importance. Il fouilla dans sa poches et alluma sa cigarette au bord du trottoir. Il aurait pu traverser au rouge, mais il n’était pas pressé de rentrer. Inspira profondément comme s’il surplombait une vallée enneigée des Alpes au petit matin.  La blonde portait une jupe violette et grise à froufrous et une blouse légère dont le décolleté manquait de maturité. Elle pouffait en essuyant la... [Lire la suite]
Posté par Mosaik indigo à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2014

4 lieux - Isabelle R

Il a plu toute la nuit et les phares des voitures se reflètent  sur le tarmac du boulevard et dans les flaques. Le trafic est dense ; on klaxonne et les bus bondés d’étudiants humides se faufilent , pressés d’aller vomir leurs occupants  un peu plus loin, sur la petite place. Des passants se hâtent  sur les trottoirs mouillés, voutés sous leur parapluie. Ils pestent contre le feu rouge trop lent à l’alternance.  Sur le boulevard, quelques maraîchers remballent leurs marchandises pendant que les derniers... [Lire la suite]
Posté par Mosaik indigo à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2014

4 personnages - Jenny

  A la fenêtre d’où s’échappe un rideau grisâtre, une femme échevelée et massive cale sur la tablette une manne bleue. Elle se penche déposant ses gros seins sur le bord de la corbeille et récupère en maugréant le tissu plaqué par le vent sur le mur de briques. Elle accroche à la fenêtre un étendoir de plastique et y suspend quatre culottes et deux essuies de cuisine. Par la porte arrière du restaurant que longent le parc et le parking aux marronniers, sort en courant une gamine qui poursuit un chat en l’appelant de... [Lire la suite]
Posté par jenny35 à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2014

Lieux - Jenny

Un même lieu à 4 moments  Le parking dessert le restaurant qui depuis quelques années s’est installé dans la grosse maison bourgeoise à l’orée du parc devenu communal, l’une et l’autre ayant connu des fastes bien oubliés. 6h du matin, la ville dort encore. Une seule voiture sur le maigre gravier que fait bientôt chuinter les pneus d’une camionnette de livraison. Un homme en salopette la déleste de quelques cageots et repart aussitôt. Effarouchement d’ailes dans les grands marronniers.  Des cuvettes boueuses creusent le... [Lire la suite]
Posté par jenny35 à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]